en  es  fr  it  pt-pt 

bandeaux NL-01

Se jeter à l’eau et aller témoigner directement de l’amour de Dieu dans la rue est plus aisé lorsque l’on a été formé.

Formé ?  Anuncio propose en plusieurs occasions des formations par des missionnaires qui témoignent de leur expérience, nous donnent des clés pour être vrais et nous soulignent les buts de la mission :

  1. être authentique dans son témoignage de l’Amour de Dieu, centré sur le Christ,
  2. rencontrer l’autre et
  3. annoncer le kérygme.

Qui sont donc ces formateurs ? Ce ne sont pas des super-missionnaires meilleurs que les autres ! Ce sont des baptisés ayant goûté à la joie de la mission et voulant accompagner d’autre baptisés dans l’annonce du Christ.

Louis, 24 ans, formateur depuis quelques mois et Marguerite, 23 ans,  formatrice depuis deux ans témoignent de leur expérience : ce qui est beau, ce qui est grand mais aussi ce qui est difficile.


Formateur : qu’est ce que c’est ? 

Louis : Être formateur consiste à transmettre en binôme la joie de la mission à des personnes qui découvrent l’évangélisation directe ou qui souhaitent approfondir leur manière de parler du Seigneur aux gens qu’ils rencontrent. Recueillir les grâces et les douleurs des missionnaires à la fin de l’évangélisation est aussi un part importante du rôle d’accompagnement tenu par le formateur.

Marguerite : Être formateur, c’est donner des clés, des conseils sur comment évangéliser à des personnes qui découvrent la mission de rue, qui souhaitent en faire l’expérience mais qui ont parfois peur de se lancer. C’est donc être présent pour les écouter et les guider dans ce chemin.

Pourquoi être formateur ?

Louis : La devise des Dominicains, « Contemplata aliis tradere, [raconter ce qui a été contemplé] » invite à partager le plus largement possible les grâces que Dieu nous donne. La lumière n’est pas faite pour être mise sous le boisseau, mais bien pour être communiquée à tous. Depuis que j’ai expérimenté moi-même la transformation de l’appréhension initiale quand on doit partir évangéliser à la joie surnaturelle de la rencontre directe des personnes, je désire que le plus grand nombre de baptisés puisse goûter à l’évangélisation de rue.

Marguerite : Pour partager la joie que la mission me procure et la faire goûter à un plus grand nombre en la rendant plus accessible et moins impressionnante. Parce qu’au fond la mission c’est pas très compliqué, il suffit d’aimer Jésus et de vouloir le faire aimer comme le dit si bien la petite Thérèse.

Qu’est-ce qui est difficile/beau dans cette mission ?

Louis : Il est difficile lorsque l’on forme d’illustrer le plus fidèlement possible la joie à venir au cours de l’évangélisation pour donner le goût à des personnes souvent un peu inquiètes de se jeter à l’eau. Afin d’être vrai et authentique en formation, il faut faire un effort d’unification personnelle et de partage avec son binôme de formation, ceci est particulièrement exigeant et beau.

Marguerite : Ce qui est difficile c’est de persévérer et de continuer à former quand le feu missionnaire se rafraîchit. Mais ce qui est beau c’est que l’on voit souvent les fruits de la formation, surtout quand une mission la suit directement : des personnes qui venaient juste pour écouter, décident finalement de tenter l’expérience et rentrent toutes joyeuses prêtes à recommencer le jour suivant.

La formation est également très nourrissante pour les formateurs ! Le fait de donner des formations m’a plus d’une fois rendu le goût pour la mission ou reboostée dans ma vie de foi. Et puis, nous sommes toujours à deux pour former, on apprend aussi de son binôme sur la forme comme sur le fond.

Quelles sont les conditions pour être un bon formateur ?

Louis : Faire preuve d’une forme de rigueur pédagogique permet de tempérer un enthousiasme parfois déroutant pour les personnes que l’on forme. Il faut garder en tête que l’ouverture des cœurs requiert douceur et abandon. En cela, consentir à vivre dans l’Esprit Saint, à se mettre à Son écoute, permet d’être disponible à ce que Dieu veut dire en passant par nous, ce qui est une grâce extraordinaire !

Marguerite : Désirer faire découvrir la mission à d’autres, aimer Jésus et être soi-même.

Un souvenir de formation ?

Louis : Aux Sables d’Olonne, lors de la mission du départ du Vendée Globe, je me souviens d’avoir lu comme très dubitatif le visage d’une personne qui nous avait écoutés. J’avais continué à parler en me disant que mon discours ne semblait pas du tout adapté et ne porterait aucun fruit. Or je m’étais complètement trompé car j’ai ensuite été envoyé dans la rue avec cette personne et nous avons vécu de magnifiques rencontres. Nous sommes vraiment appelés à simplement faire notre devoir comme des serviteurs inutiles, avec joie !

Si toi aussi, tu as une certaine expérience de la mission et que tu souhaites devenir formateur, contacte : agmontagne@anuncio.fr

 

Laissez votre commentaire

  • Super-missionnaires de l’Amour…

    Homme et Dieu, descendu du ciel, il a déployé sur la terre ses « super-pouvoirs » pour sauver l’humanité du péché.

  • Raphaël Cornu-Thénard

    Responsable du mouvement Anuncio 39 ans, architecte associé chez CLCT-Architectes et père de 4 enfants, Raphael est à l’initiative de […]