en  es  fr  it  pt-pt 

Au dos du carnet rouge de chant Anuncio, on peut lire une prière pour la mission par l’intercession de … sainte Thérèse.

Etre missionnaire, c’est sortir de son canapé…

Le paradoxe est évident : comment une petite bonne femme enfermée dans son couvent à 15 ans, peut-elle être patronne des missions et (ce n’est pas là son moindre titre) patronne d’Anuncio ?

On évacue souvent bien vite ce paradoxe en disant d’un air docte : « mais oui bien sûr, on peut être missionnaire en priant, la petite Thérèse avait un cœur grand comme le monde et patati et patata. »

 

 

Cependant, plusieurs fausses arrière-pensées peuvent persister derrière ce « mais oui bien sûr »… 

À vous de voir si vous êtes plutôt :

« C’est bien joli de prier, moi aussi je le ferai bien, plutôt que de devoir affronter la rue, les gens… Mais bon, il faut bien que quelqu’un se dévoue pour sortir ! »

OU

« Prier ? bien sûr que je le fais !  je ne suis pas certain que ça avance à grand chose, je ne suis pas un mystique moi ! »

Sainte Thérèse, missionnaire et pourtant cloîtrée dans sa cellule, nous invite à nous poser deux questions :

  • Croyons-nous à l’efficacité de la prière ? En mission et dans nos vies ?
  • Croyons-nous que notre vie, même nous paraissant banale, a un rayonnement missionnaire extraordinaire si nous laissons Sa place au Seigneur ? Si nous cultivons une intimité avec le Seigneur dans la prière ?

Patronne des missions ???

Thérèse Martin est le parfait exemple d’une vie ordinaire ayant porté des fruits extraordinaires par son abandon au Christ et sa vie de prière. On a du mal à réaliser combien la vie de Thérèse fut lambda parce qu’elle est devenue « sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face » (On en a plein la bouche !), connue dans le monde entier. Elle est pourtant passée inaperçue de sa famille, de son entourage, de son Carmel, de son père spirituel, de son évêque. Quand elle mourut, il n’y avait guère que 30 personnes à son enterrement. Cependant, à sa canonisation, on en compte plus de 500 000 !

Alors, une vie très simple mais avec de grands appels. Elle écrit : « O Jésus mon Amour… ma vocation enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’Amour !… Oui j’ai trouvé ma place dans l’Eglise et cette place, ô mon Dieu, c’est vous qui me l’avez donnée… dans le Cœur de l’Eglise, ma Mère, je serai l’Amour… ainsi je serai tout… ainsi mon rêve sera réalisé !!!… » (Manuscrit B, 3v°). Thérèse travaille son cœur à aimer à la dimension du monde. Sa vie de prière, son intimité avec le Christ sont missionnaires car elle aime le monde par le Christ, elle fait don de sa vie pour celui-ci.

La vie de Thérèse discrète et cachée a porté du fruit dans le monde entier, une foule de prêtres et de missionnaires se confient à elle. Thérèse est infiniment missionnaire par sa prière, par sa vie donnée. Sainte Thérèse missionnaire nous renvoie au missionnaire que nous sommes nous-mêmes. Elle nous donne des exigences pour faire de nous des missionnaires acceptant la volonté de Dieu.

  • Prier sans cesse !

    Avant de vouloir évangéliser sur les places et les plages (ce qui parait une belle idée), donnons-nous du temps au Seigneur ? Avons-nous une intimité avec le Seigneur ?

  • Avons-nous foi en la force de la prière ? Osons-nous croire que le Seigneur peut changer les choses ?

Etre carmélite n’est pas une autre forme de mission qu’être missionnaire de rue. C’est la même mission : faire rayonner dans le monde l’amour de Dieu.

Missionnaire par notre intercession ou par notre action, ayons à cœur de prier sans cesse, là est la clé de l’évangélisation !

Laissez votre commentaire

  • Super-missionnaires de l’Amour…

    Homme et Dieu, descendu du ciel, il a déployé sur la terre ses « super-pouvoirs » pour sauver l’humanité du péché.

  • Raphaël Cornu-Thénard

    Responsable du mouvement Anuncio 39 ans, architecte associé chez CLCT-Architectes et père de 4 enfants, Raphael est à l’initiative de […]