en  es  fr  it  pt-pt 

Le père Guy Gilbert et le cardinal François-Xavier Nguyen Van Thuan ont exercé leur ministère en mettant au cœur de celui-ci d’être des témoins actifs de l’Évangile.

Guy Gilbert a donné sa vie pour les jeunes marginalisés, souvent confrontés à de très grandes violences. Prêtre éducateur depuis 50 ans, il est parmi eux porteur de l’amour du Christ.

Le cardinal Nguyen Van Thuan, tout jeune archevêque coadjuteur de Saigon, fut emprisonné par les communistes. Exilé à Rome après 13 ans de captivité, il est nommé président du Conseil pontifical Justice et Paix. Malgré une santé fragile, il parcourt le monde, multipliant les rencontres au service de l’annonce de l’Evangile.

Ces deux hommes rentrent tout à fait dans ce que nous appellerions des « hommes d’action ». Pourtant, ils insistent tous deux sur la primauté de la prière.

Nous qui avons à cœur de changer le monde, n’oublions pas de prier !

  • Quelle prière ?

Dire « je t’aime » au seigneur comme à son amoureux

 Guy Gilbert : Apprendre à prier sera toujours nouveau. Les formes de prière sont innombrables. Dire à Dieu qu’on l’aime est un tel enchantement que, pour garder cet amour neuf, on a besoin de renouveler sans cesse notre façon de prier.

Quand un amoureux aime sa gonzesse, il le lui dit quarante fois par jour : « Je t’aime, je t’aime… » Vingt minutes après, il recommence. Ils ne disent pas autre chose, sinon décider d’un lieu, d’une date, d’un rendez-vous. Le Seigneur, je Lui dis : « Je T’aime » et dans mon agenda, au seuil d’une année nouvelle, je réserve mes rendez-vous avec Celui qui est toute ma vie. Dates et lieux.

 

 

François-Xavier Nguyen Van Thuan : Ta prière doit être universelle. Ton cœur doit contenir le monde. Mais ne t’oublie pas, n’oublie pas les réalités qui t’entourent. Même si tes lèvres ne s’ouvrent pas, le Seigneur connaît le fond de ton cœur. Vois cette femme qui souffrait d’hémorragie ; il a suffi de toucher la frange de la tunique de Jésus pour être exaucée.

 

  • Prier ou agir ?

Le temps de la prière, un temps perdu ?

Guy Gilbert : Quand j’ai commencé mon ministère auprès de jeunes marginalisés, j’ai cru que la prière ne valait pas un contact urgent ou un sauvetage. Et puis des moments de vide m’ont appris une chose essentielle : plus je voulais en faire, moins j’en faisais !

Je crois maintenant beaucoup plus à la force de la prière qu’à mon action, même si celle-ci est importante. Par la prière, l’action prend une dimension plus humble mais sacrément plus efficace.

Tu ne t’acharnes plus à calculer la portée de ton geste, mais la profondeur de ton union à Dieu. S’il n’y a pas dans la vie de tout chrétien des moments où l’urgence est de « L’aviser pour qu’Il m’avise », comme le disait un paysan au curé d’Ars, tout risque d’être de l’activisme et du baratin. Prendre du temps pour Dieu, c’est gagner des heures inestimables pour les autres. Prier n’est pas facile, certain jour c’est un régal, d’autres jours c’est l’obligation qui prime. Si la prière allait de soi, le monde entier prierait ! Et la Terre serait un paradis terrestre. « La prière est un combat », saint Paul le martèle.

 

François-Xavier Nguyen Van Thuan : Tant que tu ne seras pas un homme de prière, personne ne croira que tu ne travailles que pour le Seigneur.

Ce n’est pas par paresse que Marie restait assise aux pieds du Seigneur. L’évangile ne canonise pas les paresseux. Marie a choisi la meilleure part : elle écoute son Seigneur, elle laisse sa parole l’imprégner jusqu’au fond de son cœur, l’ébranler et travailler en elle, avec elle. Quelle action pourrait égaler cette métamorphose et transformation de tout l’être ?

  • Quel cœur faut-il avoir pour prier ?

Guy Gilbert : C’est un cœur de pauvre qu’il faut avoir pour prier. Plus on se suffit à soi-même, plus la prière est détestable, sans objet, sans but. Plus on se fait petit, plus on a conscience de sa pauvreté, plus la prière jaillit.

François-Xavier Nguyen Van Thuan : A cause de ton péché, tu n’oses pas te présenter devant Dieu. Les paroles de l’Eglise devraient te rassurer. « Par Jésus-Christ, notre Seigneur… » La totalité de la passion du Christ, les mérites de la Vierge et des saints, n’est-ce donc pas suffisant pour porter ta modeste prière ?

Tu t’imagines que les enfants ne peuvent encore rien faire pour l’Eglise et que les malades sont désormais impuissants ! Détrompe-toi ! Après la prière officielle de l’Eglise, c’est a leur qui est la plus agréable à Dieu, il faut le leur dire.

Paroles de Guy Gilbert tiré de La foi, la trouver, la vivre, la conserver,ed. Philippe Rey, 2016

Paroles de François-Xavier Nguyen Van Thuan tiré de  Sur le chemin de l’espérance, ed du Jubilé, 2015

Laissez votre commentaire

  • Super-missionnaires de l’Amour…

    Homme et Dieu, descendu du ciel, il a déployé sur la terre ses « super-pouvoirs » pour sauver l’humanité du péché.

  • Raphaël Cornu-Thénard

    Responsable du mouvement Anuncio 39 ans, architecte associé chez CLCT-Architectes et père de 4 enfants, Raphael est à l’initiative de […]